Camille Froment vit actuellement sous le ciel de Paris.

Depuis, ses 15 ans elle pratique la photo, bricole dans sa chambre des montages colorés, photographie ses amis de classe, qu’elle restylise, recolorise avec les moyens du bord de l’époque. Mais très vite Camille aime la beauté et découvrir ce qui se passe derrière un visage.

Au lycée, elle suit toutes les formations ayant attrait à la photographie, elle passe 3 ans dans une école pour suivre une formation de « dessinateur-maquettiste et graphisme ». 

En 2014, elle décroche son diplôme aux Gobelins, en photographie et post production. Objectif réussi.

Petit crochet par Londres, où elle fait un stage chez  « studio Private » une agence spécialisée dans la retouche. Elle peaufine sa formation, dans l’agence « D’touch Paris ».

La photo coule dans ses veines, l’image la travaille depuis toujours. Trouver le juste dosage dans la retouche. La bonne idée, la rapidité aussi. Elle se passionne aussi pour les voyages, au Mexique et en Inde qui renforce son œil et la pousse à l’humilité.

Ses photographies sont axées sur la mode et les portraits. Des portraits simples, cadrés, émus et émouvants parfois.  


Elle aime embellir ses modèles avec fraîcheur, une touche graphique, lumineuse et colorée. Elle capte aussi l’imprévu de la rue, du moment et d’un halo de lumière.

La jeune photographe de 26 ans, a récemment travaillé pour un maître, sur la post production de ses images : Peter Lindbergh. Sans oublier Nicolas Guérin.

Son travail a été publié dans des parutions médiatiques nationales et internationales.


 

Using Format